FANDOM


Questions GénéralesModifier

De quoi parle ce site ?Modifier

Ce wiki a pour but d'organiser et accumuler toutes les informations possibles sur la série de livres à succès Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire, écrite par l'auteur américain Daniel Handler aux éditions HarperCollins. La série a été traduite en français aux éditions Nathan par Rose-Marie Vassalo. Avec le temps, ce wiki devrait idéalement traiter de tout ce qui touche à Daniel Handler en général.

Qui est Lemony Snicket/Daniel Handler ?Modifier

Daniel Handler est l'homme de chair et d'os qui écrit la série ; Lemony Snicket est un narrateur fictif, un personnage qui vit dans le monde où se déroulent les livres. Néanmoins, Handler et ses éditeurs adorent entretenir la confusion, en faisant passer Handler pour "le fidèle serviteur de Snicket" et en affirmant que Snicket existe bel et bien. Cette comédie a à la fois un but littéraire, humoristique et marketing. Les séances de dédicace de la série promettent la venue de Lemony Snicket ; c'est bien sûr Handler qui arrive t s'en occupe, chargé de "remplacer monsieur Snicket et de présenter ses excuses de n'être pas venu."

Handler signe ses romans "jeunesse" sous le pseudonyme de Snicket, mais publie ses romans "adultes" sous son nom propre. Handler écrit différemment selon le nom de plume qu'il utilise, Snicket ayant son propre style, sa propre manière de raconter. Il reste très attaché à ce personnage-narrateur fictif.

Les Désastreuses Aventures, c'est fini ?Modifier

Des nouveaux livres sont effectivement en cours d'écriture. Ce qu'on en sait pour l'instant :

  • Ils se situeront dans le même monde que les Désastreuses Aventures.
  • Il s'agit d'une nouvelle "investigation" de Lemony dans le cadre de son travail de détective, comme auparavant.
  • Certains personnages feront des réapparitions, même s'il ne faut pas se faire trop d'illusions pour les morts.
  • Il y aura des allusions régulières aux Désastreuses Aventures.
  • Il ne s'agit pas d'une "suite" de l'intrigue des Désastreuses Aventures.
  • Les Désastreuses Aventures se sont achevées sur un point d'interrogation, et la nouvelle série tentera d'examiner ce point d'interrogation "sous un angle différent."
  • L'intrigue de Violette Baudelaire, Klaus Baudelaire et Prunille Baudelaire a vraiment été achevée dans le tome XIV. L'auteur considère bien leur histoire comme "achevée" et n'y reviendra pas.

À propos de l'intrigue de la sérieModifier

Béatrice est-elle la mère des Baudelaire en fin de compte ?Modifier

Oui. Ceci est sans ambiguïté une fois réunis les indices du tome treize, même si Lemony ne dit jamais explicitement "Béatrice était leur mère". Ceci afin de ne confirmer la filiation que dans le dernier mot de la dernière phrase du dernier chapitre du dernier tome de la série.

Que veulent dire les initiales VDC en fin de compte ?Modifier

Il faut d'abord garder à l'esprit que dans la version originale des livres, le sigle est VFD, et a été modigié en français pour résoudre des problèmes de traduction. Néanmoins, certaines flucuations des significations du sigle dans la traduction font que sa signification réelle est affirmée de manière moins évidente.

VFD signifie Volunteer Fire Department (littéralement: volontariat départemental pour le feu/les incendies). D'après Quigley, c'est le nom plus ou moins officiel et correct de la société secrète VFD, mais on l'utilise assez peu puisque ses membres se contentent de citer les initiales (ce qui est très pratique pour fabriquer des codes). Dans ce sigle, le "feu" désigne par allégorie le mal, l'égoïsme ; la société rassemble des "pompiers" pour éteindre ce feu. Néanmoins, suite au schisme, une partie des VFD a estimé nécessaire de "combattre le feu par le feu," ce qui fait que le sigle, tout en restant le même, peut avoir une signification différente selon le clan où se place : "pour les incendies" peut sous-entendre "pour contrer les incendies" ou "pour allumer les incendies."

Bien que le sigle n'ait véritablement été officialisé que dans le tome X, "Volonteer Fire Department" est apparu comme la solution la plus évidente dès l'apparition du sigle dans le tome V. VFD est un fait un sigle assez courant en anglais ; il existe véritablement des Volonteer Fire Department aux USA (des milices de citoyens volontaires aidant les pompiers bénévolement). De temps à autres, dans les cimetières, on trouve des tombes avec VFD marqué dessus, pour signaler que le défunt était un homme engagé dans ce genre de volontariat.

Donc à la fin du Chapitre Quatorze, les Baudelaire sont... morts ?Modifier

On suggère dans la dernière image (qui comporte toujours un indice sur la suite de l'intrigue) qu'ils vont rencontrer le Grand Inconnu ; ils seraient donc en danger de mort en haute de mer... D'autant que le Grand Inconnu pourrait bien surtout être une désignation poétique de la Mort, par euphémisme. Mais comme le dit le tome XIII, "Nous allons tous mourir ! _ Tout dépend du contexte. Au bout d'un moment, oui, nous serons tous morts." Donc aller à la rencontre du Grand Inconnu peut tout simplement vouloir dire que les Baudelaire vont mourir un jour, ce qui n'a rien de sinistre... Même si les Lettres à Béatrice montrent que le Béatrice a fait naufrage après le départ des Baudelaire de l'île, cela ne prouve rien.

Plus encore, il a plusieurs détails dans les livres suggérant que les orphelins ont en fait survécu au naufrage :

  • Le tome II mentionne que Klaus est encore en vie des années plus tard. En se basant sur la chronologie et les anniversaires, moins de deux ans se sont écoulés entre le tome II et le départ de l'île. Ceci impliquerait plutôt qu'il a survécu au naufrage, bien que ce ne soit pas assez définitif.
  • D'après Snicket, Violette retournera à Malamer une troisième fois. On n'a vu dans les livres que les deux premières...
  • Les lettres à Béatrice impliquent qu'on entend Prunille/Sunny à la radio. Comment cela serait-il possible si elle n'était pas revenue sur le continent ?

L'homme à la cigarette du tome XII, c'est Lemony Snicket ?Modifier

Les indices sont écrits de manière à ce qu'on ne puisse pas l'affirmer avec certitude. Néanmoins il est évident qu'ils sont aussi écrits de manière à ce que l'on pense, et comme la coutûme ici veut que la théorie la plus probable/évidente soit adoptée par défaut, personne ne vous tiendra rigueur si vous affirmez qu'il s'agit bien de Lemony...

A propos de l'écriture de la sérieModifier

  • Handler a-t-il écrit chaque livre l'un après l'autre ou bien avait-il tout bien en tête depuis le départ ?

A propos de l'adaptation cinématographique de la sérieModifier

Y aura-t-il un second film réalisé ?Modifier

Le premier film est sorti depuis un moment déjà, cela donne déjà une idée de la réponse. On peut invoquer les raisons suivantes, plus spécifiquement :

  • Le film a fait moins d'entrées qu'espéré ; ce n'était pas un flop, puisque les recettes ont réussi à rembourser les investissements impliqués, mais les producteurs ont échoué dans leur tentative de faire des DAOB le nouveau "Harry Potter" de l'industrie du cinéma... Les suites sont toujours plus difficiles à vendre que le premier opus (qu'il faut théoriquement avoir vu avant, ou connaître de réputation) : on ne peut pas espérer des miracles face à ce qui pourrait être une prise de risque commerciale trop élevée. Les DAOB ne sont pas seules dans ce genre de cas, des adaptations de séries de livres comme Eragon ont subi le même problème.
  • L'actualité autour des livres eux-mêmes est plus ou moins morte désormais. Or il est plus facile de vendre un film dont on parle déjà beaucoup du sujet ailleurs... Si l'actualité retombe, la stratégie commerciale doit remettre les bouchées doubles ; même la fin de la saga Harry Potter a provoqué beaucoup d'inquiètudes chez Warner alors que les cinq premières adaptations ont été de très gros succès...
  • Sur ce même principe, il faut battre le fer quand il est chaud : plus les années s'écoulent et plus le projet tombe aux oubliettes, devenant trop difficile à relancer.
  • Enfin, les acteurs jouant les enfants ont sacrément vieilli ; il faudrait en trouver de nouveaux, le changement de casting compliquant encore plus la situation

MAIS, mais, mais (car il y a un mais) Daniel Handler a affirmé le 01/10/2008 dernier, lors de la rencontre à la FNAC Saint-Lazare, qu'un projet de second film n'était pas mort, et "qu'ils" essayaient de caser le personnage de Georgina Orwell dans le script en ce moment-même. Cela peut paraître extraordinaire, mais puisqu'on dispose d'une personne de confiance pour nous en parler... L'impossible ne l'est peut-être pas (d'autant que Handler a l'air impliqué dans la rédaction du scénario alors qu'ironiquement il s'était fait destituer de ce poste pour le premier film).

Nous nous trouvons donc dans l'incapacité de répondre à cette question...

Pourquoi ont-ils changé tant de choses par rapport aux livres ?Modifier

C'est une adaptation, pas un livre filmé. Si on part du principe que le cinéma relève de l'art, il faut nécessairement que l'équipe du film ajoute sa touche personnelle et par conséquent ajoute, retranche ou modifie (l'imitation parfaite restant un beau rêve). Plus sérieusement, on peut argumenter :

  • Les livres, malgré leurs qualités, ne sont pas cinématographiques. D'habitude, en adaptant un ouvrage de littérature, le scénariste se retrouve avec trop tôt de "matériaux" originels, et doit procéder à des coupes pour que le film garde une longueur supportable. Avec les DAOB c'est le contraire ; les premiers livres sont très courts, épisodiques, et ont des intrigues simples. Même en casant le tome I sur une heure et demie, il y aurait des longueurs... La solution est apparemment de caser plusieurs livres en un seul film ; or le problème est que le schéma des premiers livres est extrêmement répétitif, et répété : cela peut apparaître comme la même idée ré-exploitée sans vergogne plusieurs fois pour gagner du temps. De ce fait une transposition littérale des livres n'aurait pas forcément fait un sujet de film très excitant ou engageant ; de plus, chaque partie est trop marquée. Le film n'aurait pas non plus de dénouement, la fin du tome I étant plus ou moins la même que celle des tomes II, III, et IV. Les DAOB marchent bien en tant que séries de livres, mais pas en tant que film à gros budget... De ce fait il srmblait absolument nécessaire de rendre l'intrigue plus intéressante, et satisfaisante : jouer sur les mystères entourant VDC a en fait permis de rester très fidèle au scénario d'origine, quand on y pense.
  • Handler désirait écrire treize livres, mais on lui a fait d'abord signer pour quatre (histoire de tester le succès des publications). Voilà pourquoi l'intrigue principale (tout ce qui concerne VDC, en gros) ne commence qu'au tome V, lorsqu'Handler savait précisément quel temps et espace il lui restait pour mettre en place une intrigue à son goût ; de ce fait les quatre premiers tomes sont plus épisodiques, relèvent plus de la broderie sur un même schéma narratif. Par conséquent, déplacer la découverte de l'intrigue VDC si tôt dans la série est ironiquement très fidèle à la série ; c'est un rflet hypothétique de ce à quoi la série aurait pu ressembler si Handler avait vraiment une totale liberté d'écriture.
  • Il n'a jamais été question de faire forcément une suite au film... Puisque de toute façon on ne peut pas faire justice à l'intrigue dans son intégralité, mieux vaut modifier le scénario pour que l'adaptation ait une valeur propre, isolée, prise pour elle-même.

Handler a-t-il écrit le scénario ?Modifier

Au début, oui... Il a soumis de nombreux scripts, sollicité à la demande des producteurs. Du jour au lendemain, suite aux aléas des changements dans la production, Handler fut néanmoins destitué du poste de scénariste, sans raison apparente. Impossible de savoir à quel point le film au final a puisé dans les idées proposées par Handler... On sait néanmoins qu'à un moment donné le tome II devait être résumé en accéléré via un petit théâtre filmé de marionnettes faites en chaussettes.

Ce qu'ils ont dit sur le dressage de lions, le faisceau lumineux, c'est vrai ou...Modifier

Non. Le scénario n'a jamais prétendu suivre l'intrigue des livres de près, alors la compléter... Ils ont puisé dans la mythologie existante de la série et ont intégré beaucoup de clins d'oeil, mais ça s'arrête là. Ce n'est pas canonique. Il y a une raison pour laquelle Handler n'est pas crédité comme scénariste du film.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard